"…mais ce serait peut-être l'une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d'autre que du code…"

Archive for the ‘Richard Stallman’ Category

Fossa 2012 : Programme du 6 décembre 2012

Posted by patrick sur décembre 1, 2012

=======================================
Jeudi 6 décembre licensing (Fossa 2012)
=======================================

http://fossa.inria.fr/fr/archives/category/program
http://fossa.inria.fr/fr/archives/category/program/licences

 

Licences
========

–  http://fossa.inria.fr/fr/archives/3004
Software compliance with legal rules and practices is often an overhead
effort in open source software development.

Developers usually focus more on what they do and on the value of their
results, than on software legal compliance. Giving more consideration
to any rule and practice is actually worthy when they deal with the
quality of the development process and of the related results.

But what if they would lead developers to manage complex legal topics
that exceed their knowledge?

Legal rules and practices compliance is valuable in the development of
free/open source software projects for fun as well as for a community.

And it is definitely appropriate (and requires some caution) in the
development of projects for business.

In any case, the open source ecosystem doesn’t help so much, because of
various issues, such as the proliferation of licenses and the complexity
of many of them.

Some tools help in handling these issues, but they request to invest
in knowledge and in some legal advice at last.

How can we face this complexity without involving lawyers and counsels,
or by reducing their effort as much as possible?

During this track speakers will share their experience in this domain
with the audience and will propose practices to handle open source
software legal aspects effectively.

A final debate will involve all participants to give an answer to the
main suggestions made by speakers and to still a common understanding.
08:15 Welcome coffee
====================

08:45 Welcome message
=====================

by Engineering Group

09:00 How to train your lawyer to say “yes” more often
======================================================

.. seealso::

http://fossa.inria.fr/archives/2855

Train your lawyer to say “yes” more often. They have a reputation for
being negative, but if you construct your project processes sensibly,
they are less likely to be negative about the risks.

Andrew Katz
—————-

Andrew is a lawyer practising in England where he is head of technology
at boutique law firm Moorcrofts LLP and has advised on open source
software since the mid 1990s.
He represents a wide variety of open source software companies, and has
more recently become involved in a number of open hardware projects, in
the automotive, maritime, aerospace and electronics industries.

He’s a founder editor of the International Free and Open Source Software
Law Review, and has lectured on open source in London, Paris, Boston,
New York, Boston, Amsterdam, Edinburgh, Helsinki and Mangalia, Romania.
10′ Session 777
09:40 SpagoBI suite: moving from LGPLv2 to MPLv2: lesson learned, business & community improvement
===========================================================

http://fossa.inria.fr/en/archives/2795
http://www-complexnetworks.lip6.fr/~heymann/
https://consortium.gephi.org/

The new Mozilla Public License is a significant step to simplify the
open source licensing approach: it’s really a simpler, shorter,
understandable (also by non legal people), modern license favouring
code reuse and redistribution because it solves major compatibility
issues.

After its release, SpagoBI has decided to move its license from LGPLv2
to MPLv2. It has been an opportunity to assess the current status of
the license compliance of the various software components included in
the project, to modernize the project license choice and to provide
more flexibility to users.

What were the challenges, the process and the impact on the SpagoBI
community? Three months after the release of the new MPLv2-licensed
of SpagoBI suite, what are the results and the impact on related
business activities? Lessons learned and practical tips.

Gabriele Ruffatti
———————-

SpagoWorld founder and Architectures & Consulting director within the
Research & Innovation Division of Engineering Group

Gabriele Ruffatti has held senior management positions in project and
product management for large enterprises and the public administration,
in software process improvement & quality assurance and in the
definition of innovative architectural solutions.

In 2004 he founded the SpagoWorld initiative.

He is currently member of the SpagoWorld board and of OW2 Consortium
Board of Directors, and is active in the community of Eclipse Foundation
and in the FLOSS Competence Center international network.

Committed to students’ and IT professionals’ education, he has lectured
at Engineering Group’s ICT Training School on software engineering & quality
and adjunct professor for open source software at the University of Padua, Italy.

He cooperates with various research institutes, universities and students,
through workshops, presentations, internships and degree thesis support.
– 10′ Session 777
10:20 Open Source for academic research, technology transfer & spin-off creation: Yes we can !
==============================================================

.. seealso::

http://fossa.inria.fr/fr/archives/2804
http://www.inria.fr/centre/lille
SOFA is an Open Source (LGPL) framework primarily targeted at real-time
simulation, with an emphasis on medical simulation. SOFA is a joint research and
development effort of Inria and several other academic partners.

From the beginning it also targets commercial applications. The presentation will
present SOFA, academic and industrial projects using SOFA, how we can use
open source software both for research and business purposes, and how we can
combine open source and proprietary software in the same project.

Sylvain Karpf
—————–

He received a PhD in computer science in 1993.
After 6 years as Assistant Professor at the University of Lille I, he co-founded
in 1999 a company specialized in medical simulation.

Back to the University and Inria in 2004, he contributed to the definition of
the SOFA project.

Since 2006 he has been Head of the Technology Transfer Office of Inria
Lille – Nord Europe research centre.
10:50 Coffee break
==================

11:20 Make a good contributor license agreement: Yes you can !
==============================================================

by Dan Shearer

– 10′ Session 777
12:00 Open debate: what’s next for your legal practices? Simplify, be focused, be inclusive, train your lawyers
=================================================================

by Gabriele Ruffatti

12:30 Lunch
============

Community management
====================

http://fossa.inria.fr/program/community

13:45 Welcome message
======================

.. seealso::

http://fossa.inria.fr/fr/archives/2996

by Inria

14:00 Motivations in Free Software communities
================================

 http://fossa.inria.fr/archives/2703
http://www-complexnetworks.lip6.fr/~heymann/
https://consortium.gephi.org/

Why contribute? “I did it for teh lulz” R. Stallman

Most of Free/Open Source Software (FOSS) developers are not paid to contribute,
so why do they work anyway? In this talk, we’ll investigate the motivations of
individual contributors.

We’ll put them in perspective with recent studies on motivations and communities
of practice. In particular, we’ll see that distinguishing internal vs external
incentives is a key to understand why FOSS communities are able to attract and
keep contributors around the production of a software…

Sébastien Heymann
————————–

Gephi Consortium, and UPMC LIP6

My goal is to democratize network thinking.

I’m co-founder of Gephi, the open source software for exploring networks
of all kind.

I currently work as a PhD candidate in the ComplexNetworks team of the
LIP6, to study the dynamics of real-world networks (social networks,
computer networks, the web…).

I graduated in computer science at the Université de Technologie de
Compiègne, France, with a minor degree in cognitive science.
14:30 Cloud Community Management
=================================

by Dave Neary (Red Hat)

15:00 SPECIAL TALK // 20 years of OSS project history: Good & Bad community practices
===========================================================

by Mark Atwood (Keynote Speaker, HP, Open stack)

15:45 Coffee Break
==================

16:00 Le logiciel libre : relation de service, coproduction et création de valeur au sein d’un réseau d’acteurs by Jonathan Le Lous
========================================================

http://fossa.inria.fr/archives/2935

http://blog.itnservice.net/post/fOSSa-Conf%C3%A9rence-2012-%C3%A0-Lille-%3A-J-y-serai-le-4-et-le-6-d%C3%A9cembre-et-vous
http://www.alterway.fr
http://www.april.org
http://blog.itnservice.net
http://fossa.inria.fr/program/community
Le logiciel libre : relation de service, coproduction et création de
valeur au sein d’un réseau d’acteurs.

Ce travail de recherche porte sur l’analyse de l’open source comme modèle
de prestation de service informatique dans lequel des acteurs aux objectifs *
contradictoires collaborent. Sur la base d’entretiens, il analyse la
création de valeur, et les modèles de revenus associés, en fonction des
caractéristiques des acteurs engagés dans un projet libre (communauté,
utilisateurs, éditeur, logiciel et prestataire de service).

Jonathan Le Lous
———————-

http://blog.itnservice.net/post/fOSSa-Conf%C3%A9rence-2012-%C3%A0-Lille-%3A-J-y-serai-le-4-et-le-6-d%C3%A9cembre-et-vous
Responsable de l’innovation Alter Way.

Doctorant, Centre de Recherche en Management – UMR 5303 CNRS

Jonathan Le Lous travaille depuis 2004 dans le logiciel libre.

Il est aujourd’hui responsable de l’innovation et de la libre académie
au sein d’Alter Way et membre du conseil d’administration de l’April.

En 2008 Jonathan a reprit ses études pour faire une thèse au sein de
l’IAE de Toulouse qu’il soutiendra en mars 2013.

Il présentera les résultats de ce travail et de son expérience lors de
cette session.
16:30 Return on experience – PhP France – AFUP
===================================

http://fossa.inria.fr/fr/archives/2996
by Perrick Pennet-Avez (noParking)

17:00 End with Nuit de l’info 2012
====================================

Publicités

Posted in 2012, Libertés fondamentales, Richard Stallman | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelques liens sur la dernière tournée de Richard Stallman en France: http://www.framablog.org/index.php/tag/Stallman

Posted by patrick sur janvier 31, 2010

Maïtena Biraben : Le logiciel libre, c’est l’une des très grandes révolutions du siècle passé et aujourd’hui on en sait un peu plus sur le créateur du logiciel libre.

Emmanuelle Talon : Oui, Richard Stallman il a aujourd’hui 56 ans, il n’est pas très connu du grand public mais c’est un dieu vivant pour les informaticiens, parce que c’est un des pères du logiciel libre, le père du logiciel libre.

Alors pourquoi on en parle aujourd’hui ? Parce qu’il y a sa biographie qui vient de paraître en français aux éditions Eyrolles « Richard Stallman et la révolution du logiciel libre ». Alors au début des années 80…

Maïtena Biraben : C’est un bouquin de geek ?

Emmanuelle Talon : Non, justement pas. C’est ça qui est bien, parce que ça n’est pas un bouquin de geek, et même si on ne s’y connaît pas trop, on peut vraiment vraiment comprendre, j’insiste.

Et donc Stallman, au début des années 80 a créé la Fondation pour le Logiciel Libre. Il est à l’origine du projet GNU.

Et juste un petit rappel : qu’est-ce qu’un logiciel libre ? Quand même, voilà c’est important. C’est un logiciel que n’importe qui peut utiliser, copier ou même modifier, pour l’améliorer en quelque sorte, en accédant au code source.

Et le logiciel libre, ça s’oppose à ce que Stallman appelle les logiciels privateurs. Ce sont des logiciels qui nous privent de notre liberté. On ne peut pas modifier le code source, c’est pour cela que Windows est la propriété de Microsoft. Si Windows ne vous convient pas, vous ne pouvez pas l’améliorer. Tandis que l’on peut améliorer par exemple la suite bureautique OpenOffice ou le navigateur Firefox.

Maïtena Biraben : Si on y arrive !

Emmanuelle Talon : Si on arrive, bien sûr, mais vous avez cette liberté.

On a l’impression que c’est un peu complexe mais en fait pas tellement parce que cette histoire de logiciel libre… Il ne s’agit pas vraiment d’informatique, il s’agit en fait de philosophie. Richard Stallman c’est vraiment un grand philosophe, c’est un vrai penseur. Et avec cette histoire de logiciel libre… Pourquoi au fond il s’est lancé dans cette aventure ? Il s’est lancé dans cette aventure tout simplement pour améliorer le monde, pour encourager le partage et la fraternité.

Donc c’est une forme de nouveau socialisme, de socialisme logiciel. Et à l’heure où l’on pleure sur la fin des grandes ideologies, on peut se réjouir de voir qu’il y a encore des gens qui essayent de changer le monde. Et aujourd’hui ces gens-là ce sont des informaticiens, et c’est Richard Stallman. C’est pour ça que c’est important de le connaître.

Maïtena Biraben : On a vu son playmobil…

Emmanuelle Talon : Oui on a vu son playmobil, mais en fait c’est un personnage assez amusant, qui a beaucoup d’humour, qui a une bonne tête…

Maïtena Biraben : Est-ce que le logiciel libre a des chances de gagner face au logiciel non libre, donc commercialisé, que l’on ne peut plus toucher ?

Emmanuelle Talon : Alors, le logiciel libre il progresse beaucoup en France. Il y a quelques années la Gendarmerie nationale est passée… elle a adopté un logiciel libre. Mais, si vous voulez, la compétition elle ne se fait pas vraiment sur cette question-là, sur cette question technique, parce qu’un logiciel libre on peut considérer que ça vaut au niveau technique un logiciel privateur. En fait la compétition, elle se fait vraiment dans nos têtes.

Le Libre il pourra gagner le jour où, d’après Stallman, on aura, nous, envie de nous libérer et puis de ne pas être soumis à la machine. Parce qu’il explique que quand on utilise un logiciel comme Windows, on ne peut pas le modifier si on n’y va pas, et donc on est esclave de la machine. Stallman c’est un peu le Luke Skywalker de l’informatique, il faut qu’on se libère des machines et c’est ce jour-là que le Libre pourra gagner.

Maïtena Biraben : Est-ce que libre ça veut dire gratuit Emmanuelle ?

Emmanuelle Talon : Alors non, libre ne veut pas forcément dire gratuit. Il y a des logiciels libres qui ne sont pas gratuits, donc il faut faire attention à cette confusion. C’est vrai que quand on est juste un utilisateur, on peut estimer que la gratuité c’est le principal avantage, mais libre ne veut pas dire gratuit.

Maïtena Biraben : Si on ramène cette idée de logiciel libre à la France, la prochaine bataille c’est Hadopi.

Emmanuelle Talon : C’est Hadopi et Stallman est mobilisé sur cette question. Il estime que c’est une loi tyrannique. Il dit que Nicolas Sarkozy est un ennemi de la démocratie et des Droits de l’Homme. Et pour lui empêcher le téléchargement de musique pour sauver l’industrie du disque, c’est tout simplement comme empêcher les gens de faire la cuisine pour sauver les emplois dans la restauration !

Voilà, juste pour finir, le livre, vous pouvez l’acheter, il coûte 22 euros et c’est bien d’avoir un livre papier. Mais vous allez voir la cohérence de la démarche, en fait le livre est en téléchargement, gratuit, sur le site http://www.framasoft.net. Vous pouvez modifer le texte du livre, et si vous voulez le traduire, et bien vous pouvez tout à fait le traduire librement dans la langue que vous souhaitez, en ourdou par exemple, je pense que ça n’est pas encore fait.

http://www.framabook.org/stallman.html (‘« Chaque génération a son philosophe, écrivain ou artiste qui saisit et incarne l’imaginaire du moment. Il arrive que ces philosophes soient reconnus de leur vivant, mais le plus souvent il faut attendre que la patine du temps fasse son effet. Que cette reconnaissance soit immédiate ou différée, une époque est marquée par ces hommes qui expriment leurs idéaux, dans les murmures d’un poème ou dans le grondement d’un mouvement politique. Notre génération a un philosophe. Ce n’est ni un artiste ni un écrivain. C’est un informaticien. »’)

Posted in conference, GNU/Linux, logiciel libre, Richard Stallman, Vidéos | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Richard Stallman à Grenoble le 14 janvier 2010: « Le logiciel libre dans l’éthique et dans la pratique »

Posted by patrick sur décembre 11, 2009

Sources

Grenoble, France – Amphithéatre de l’École de Management de Grenoble, 12, rue Pierre Sémard –

Richard Stallman a parlera des buts et de la philosophie du mouvement du logiciel libre ainsi que de l’histoire du système d’exploitation GNU qui, en combinaison avec le noyau Linux, est aujourd’hui utilisé par plus de 10 millions d’utilisateurs dans le monde.

Entrée libre

A voir

la fin de la conférence


Posted in Développement logiciel, FSF, GNU project, GNU/Linux, Grenoble, logiciel libre, Richard Stallman | Tagué: | Leave a Comment »

Contre « HADOPI ? « Création et Internet » ?  » cinq gus dans un garage…

Posted by patrick sur mars 11, 2009

Deux images illustrent ce projet de loi ridicule:

le-cirque-hadopi1

msg_industrie_divertissement_de_masse1

Les arguments contre:

  • http://www.april.org/fr/lhadopi-filtrera-aussi-le-logiciel-libre-lapril-condamne (‘ L’April a pris connaissance du rapport communiqué par le Conseil Général des Télécommunications (CGTI) au ministère de la Culture.1 Elle constate que ce rapport clarifie l’interprétation du projet de loi HADOPI en énonçant clairement qu’une des finalités est d’imposer des logiciels propriétaires de filtrage sur le poste client. L’April note que ce rapport a été présenté par Jean Berbinau, actuel secrétaire général de l’inutile ARMT2 qui se rêve en secrétaire général de la liberticide HADOPI. Pour accéder à cette promotion, ce dernier n’hésite pas à proposer ce que demandent depuis des années les producteurs de disques et de films : l’obligation pour les internautes désireux de garantir leur sécurité juridique d’installer des logiciels propriétaires filtrant leurs communications. Ce qui avait pu être évité dans la loi DADVSI revient donc au travers du projet HADOPI. Logiciel Libre et dispositifs de contrôle d’usage, de surveillance et de filtrage fermés sont ontologiquement incompatibles. Comme cela a été maintes fois expliqué lors des débats sur la loi DADVSI, sur un système libre, l’utilisateur a le contrôle de sa machine et peut neutraliser tout mécanisme visant à le contrôler ou à le surveiller. En résumé, tout comme il n’est pas possible d’empêcher un utilisateur de logiciels libres de faire des copies privées, il n’est pas possible de lui coller ouvertement un mouchard filtrant. Dès lors, avec l’HADOPI, les utilisateurs de systèmes libres se retrouveront dans une insécurité juridique discriminatoire intolérable.’)
  • http://www.01net.com/editorial/404166/richard-stallman-la-loi-creation-et-internet-est-cruelle-/ (‘…
    Le créateur de la licence GNU et inspirateur du Copyleft s’est montré très véhément contre la loi qui doit être discutée à l’Assemblée nationale à partir du 4 mars prochain. « Si cette loi était votée, il ne faudra pas changer vos comportements quotidiens par peur d’être déconnecté, sinon ils auraient gagné, a exhorté l’apôtre du logiciel libre dans un français très correct. C’est une loi injuste et cruelle…Richard Stallman déplore que les gouvernements, agissant contre l’intérêt des citoyens, ne cessent d’étendre le droit d’auteur à la fois dans la durée et dans l’utilisation de l’oeuvre avec le pay per view (paiement à l’acte, sans téléchargement définitif). Autre appel à la résistance : « Il ne faut pas acheter des produits qui ont des verrous numériques comme les DVD, sauf si tu as le programme pour les casser. ». Richard Stallman avance plusieurs pistes pour concilier partage et respect des auteurs et artistes. « Je propose un droit d’auteur d’une durée de 10 ans à partir de la publication. Pour les oeuvres d’opinion, d’art et de divertissement, je propose la liberté de diffuser les oeuvres exactes non commercialement. » En effet, la liberté de modifier une autobiographie ou un roman lui semble saugrenue.Pour financer les artistes, Richard Stallman suggère un impôt sur les oeuvres vendues et le paiement volontaire. « Si tu avais un bouton pour envoyer un euro très facilement à l’artiste, tu le ferais. »Et de citer l’exemple de la chanteuse canadienne Jane Siberry qui reçoit en moyenne plus d’un dollar par morceau téléchargé. « C’est plus que les 99 cents demandés par les maisons de disques », conclut Richard Stallman. Preuve qu’il faut arrêter de traiter les internautes comme des voleurs.’)
  • http://bluetouff.com/2009/03/09/hadopi-albanel-gus-garage/ (‘…Nous partîmes 5 gus, et par un prompt renfort , nous nous vîmes des dizaines des milliers en arrivant au garage… C’est surprenant Internet des fois. Pour rappel, le projet de loi Création et Internet introduit beaucoup de “fausses nouveautés” peu souhaitables dans notre démocratie : filtrage des réseaux, abandon du principe de la neutralité du transporteur, inversion de la charge de la preuve, sanction sans l’accès à un procès équitable, double peine .’)
  • http://www.mumblyworld.info/?p=257 (‘Je tiens à vous rappeler par ailleurs qu’à ce jour, aucune étude scientifique n’a réussi à prouver que le partage de fichiers protégés par le droit d’auteur, ait le moindre impact sur la vente de disques ou de DVD. Bien au contraire, de nombreuses études tendent à prouver l’inverse. Quant à la rémunération des auteurs, d’autres études montrent, quant à elles, la corrélation entre le partage de fichiers et l’explosion récente des arts vivants, offrant une rémunération à un nombre bien plus large d’artistes que n’en offraient jadis les ventes de disques.‘)
  • http://www.site-sans-nom.org/rc2/vrac/rsl_2009-03-02_rejetHADOPI.html (‘…Il est interessant de constater que des études récentes menées en Bretagne, au Canada et aux Pays bas démontrent que le téléchargement illégal d´oeuvres protégées par le droit d´auteur a un impact nul voire positif sur la vente légale des oeuvres. Etrangement, ces études ont été passées sous silence par le ministère de la culture et les ayant-droit français….Lors qu´une atteinte aux droits d´auteurs sera signalée par les ayant-droit, l´HADOPI pourra envoyer deux messages d´avertissement (sans obligation de présenter le moindre accusé de réception) à l´internaute visé avant de procéder à la suspension voire à la résiliation pure et simple de son accès Internet. Le parlement européen s´est clairement opposé à ces pratiques dangereuses en avril 2008 en votant une résolution qui invite la Commission et les Etats membres à éviter de prendre des mesures qui entrent en contradiction avec les libertés civiques et les droits de l´homme et avec les principes de proportionnalité, d´efficacité et de dissuasion, telles que l´interruption de l´accès à l´Internet. Cette mise en garde ne semble pas avoir calmé les ardeurs du gouvernement français, lequel a fait pression sur le Conseil européen jusqu´au retrait de l´amendement 138 au Paquet Télécoms, pourtant voté par une large majorité des députés européens et soutenu par la commission européenne.Cette volonté de limiter Internet à un sous-ensemble de sites conformes à la vision gouvernementale de la bienséance relative aux échanges électroniques se retrouve d´ailleurs explicitement dans la proposition de loi «Internet et Création». En effet, un document du Conseil Général des Technologies de l´Information prévoit d´une part de mettre en place une instance ayant autorité à définir et garder actif des portails blancs où se retrouveraient les sites utiles à la vie économique, culturelle et sociale du pays et d´autre part de restreindre à ces portails les accès Wi-Fi à l´Internet que proposent à titre gratuit des entités publiques (municipalités, leurs écoles, les hôpitaux ou les universités) , voire des personnes morales privées (Mac Donald, ..)).. La volonté d´atteinte à la liberté d´expression sur Internet est donc manifeste…’)

Posted in 2009, april, Liberté d'expression, logiciel libre, Logiciel privatifs de liberté, Richard Stallman | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Logiciel libre: nouvelle campagne d’adhésion de l’APRIL: objectif 5000 adhérents pour la fin de l’année 2008

Posted by patrick sur décembre 11, 2008

banniere_campagne-adhesion-objectif-5000-adherents
  • Presque un mois après le lancement c’est plus de 880 personnes qui ont répondu présente à notre appel ainsi que plus de 50 entreprises  et près de 25 associations.  Nous approchons donc la barrre des 1 000 nouveaux adhérents. Symboliquement ce serait bien de la dépasser d’ici le 12 décembre.  Ce jour-là nous organisons en effet (ou participons à) quatre soirées (voir http://www.april.org/fr/lapril-fete-ses-12-ans) et nous organisons  une conférence de presse de bilan 2008. À cette occasion sera d’ailleurs  annoncée l’adhésion à l’April d’un nouveau type de personne morale. Il est important de continuer à bien relayer la campagne pour que le rythme  se maintienne.

Parmi les récents soutiens notons Ubuntu-fr :

Adhérer à l'APRIL pour lutter contre les brevets abusifs:
  • http://www.numerama.com/magazine/10718-L-Office-europeen-des-brevets-en-greve-pour-denoncer-les-abus.htm (‘« Chaque année, le nombre de brevets déposés en Europe augmente. Alors que les gouvernements y voient le signe d’une recherche en bonne santé, des examinateurs de l’Office européen des brevets manifestent et dénoncent un emballement néfaste à la qualité de l’innovation, encouragé pour des raisons purement financières et politiques…Les attaques contre les abus de propriété intellectuelle se multiplient ces dernières années sous l’influence des lobbys du logiciel libre, des groupes de défense des intérêts publics, des internautes qui réclament la possibilité de partager librement les oeuvres, des organisations qui militent contre la brevetabilité du vivant ou en faveur d’un assouplissement des règles de protection des molécules des médicaments à destination des pays les plus défavorisés. Après plus d’un siècle de laisser-faire où la propriété intellectuelle s’est toujours renforcée à coups d’accords internationaux (ce qu’ils essayent encore de faire), le balancier ne demande qu’à partir dans l’autre sens...Vendredi dernier, des examinateurs de brevets et d’autres employés de l’Office Européen des Brevets (OEB) ont ainsi manifesté dans les rues de Bruxelles devant la Commission Européenne, non pas pour demander une réévaluation de leur statut ou de leur salaire… mais simplement pour demander une réforme du système des brevets qui arrêterait enfin de freiner l’innovation au lieu de l’encouragerLe nombre de demandes de brevets augmente chaque année. Alors qu’il était de 60.000 demandes en 1990, 209.000 brevets ont été déposées en 2006. Or plus le nombre de brevets augmente, plus le risque juridique des entreprises qui innovent grossit. Statistiquement, les chances de violer un brevet sont multipliées par le nombre de titres octroyés en circulation. Par crainte de représailles, et par manque de solidité financière pour acquérir les licences, les petites et moyennes entreprises gèlent leurs travaux de recherche et développement lorsqu’elles s’aperçoivent qu’elles exploitent de près ou de loin un procédé breveté, ou qu’elles le craignent. Quand bien même la validité du brevet serait à coup sûr annulée en justice en cas de procès, les entreprises préfèrent abandonner leurs recherches que de risquer une procédure judiciaire très longue, très coûteuse, qui les mènerait à la faillite avant son terme.‘)

A voir

carte-membre-tristan-nitot

  • vlc-logo1« VideoLAN encourage ses utilisateurs français à adhérer à l’association amie April. L’April, par le passé, a soutenu VideoLAN dès le début de son aventure dans le logiciel libre. L’action de l’April, lors de son engagement contre des projets de lois bloquant le logiciel libre ou pour la défense de la GPL, est soutenue par l’équipe de VideoLAN. »

Faites comme Tristan Nitot et les autres membres de l’association :

A lire et relire 🙂

  • block-aprilhttp://www.april.org/ (‘Pionnière du logiciel libre en France, l’April, constituée de 3520 adhérents (3252 individus, 268 entreprises, associations et collectivités), est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du logiciel libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l’espace francophone’)
  • 200px-april_logo_for-big-prints_rgbsvghttp://fr.wikipedia.org/wiki/April_(association) (‘L’April (Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre) est une association qui a pour but la promotion et la défense du logiciel libre dans l’espace francophone. À ce titre, elle entretient depuis le début des rapports étroits avec la Free Software Foundation, et traduit depuis longtemps la section philosophie[1] du projet GNU.’)
  • http://www.april.org/fr/brevets-sur-les-logiciels (‘Les brevets sur les logiciels constituent une menace pesante sur l’ensemble de l’industrie du logiciel, qu’il soit libre ou non. ‘)
  • ssp-468-96 http://www.ffii.org/ The Foundation for a Free Information Infrastructure (FFII) is a non-profit organisation dedicated to establishing a free market in information technology, by the removal of barriers to competition. The FFII was largely responsible for the rejection of the EU software patent directive in July 2005, working closely with the European Parliament and many partners from industry and civil society. CNET awarded the FFII the Outstanding contribution to software development award for this work, which was the result of years of research, policy, and action. Today we continue to defend your right to a free and competitive software market by working towards sane patent systems and open standards.

Posted in 2008, april, Développement logiciel, GPL, licence libre, logiciel libre, migration vers le libre, Richard Stallman | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

« 2007 June 29: GPLv3 and LGPLv3 have been released! »: quelques liens

Posted by patrick sur juillet 4, 2007

Quelques liens sur la sortie de la GPLv3 le vendredi 29 juin 2007

http://framablog.org/index.php/post/2007/07/02/iPhone-DRM-FSF-GPLv3 (Avec sa première révision de la licence en seize ans, la version 3 de la GPL s’attaque aux plus récentes tentatives pour ôter la liberté du logiciel libre – et notablement, la version 3 attaque la « Tivoization » – et ceci pourrait être un problème pour Apple et son iPhone. Maintenant, de la Chine à l’Inde, du Venezuela au Brésil, des Tivos aux téléphones cellulaires : le logiciel libre est partout, et il est en train de bâtir lentement un mouvement mondial d’utilisateurs demandant à avoir le contrôle sur leurs ordinateurs et les équipements électroniques qu’ils possèdent)

http://www.groklaw.net/article.php?story=20070629113406794(So, it’s correct to say that « GPL2 only » code and GPL3 code are not compatible. »… »Generally speaking though, there are a limited number projects that are provided under « GPL2 only » licenses, for example the Linux kernel, » McCabe said. « Most projects governed by GPL2 have language that says that the code is governed by GPL2 or any later version of the license. That code can be converted from GPL2 to GPL3 at the option of the user. In that case, there is no license conflict. »)

gpl3oasissm.png

Tivoization

« La « Tivoization » est un terme forgé par la FSF pour décrire des équipements qui sont construits avec du logiciel libre, mais qui utilisent des mesures techniques qui empêchent l’utilisateur de faire des modifications au logiciel – une liberté fondamentale des utilisateurs du logiciel libre – et une attaque sur le logiciel libre que la GPLv3 pourra arrêter. »

Liens

http://www.fsf.org/ (The Free Software Foundation (FSF), established in 1985, is dedicated to promoting computer users’ rights to use, study, copy, modify, and redistribute computer programs. The FSF promotes the development and use of free software, particularly the GNU operating system, used widely in its GNU/Linux variant.)

http://stallman.org/ ( This is the personal web site of Richard Stallman.
The views expressed here are my personal views, not those of the Free Software Foundation or the GNU Project. The largest part of the site is the political notes, and they are typically updated every day. Please also look at the Urgent action notes, and occasionally at the Long-term action notes.)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stallman   (Richard Matthew Stallman (né à Manhattan, le 16 mars 1953), connu aussi sous les initiales RMS, est un programmeur et activiste du logiciel libre. Il est à l’origine du projet GNU et de la licence publique générale GNU connue aussi sous l’acronyme GPL, qu’il a rédigée avec l’avocat Eben Moglen. L’invention du terme anglais copyleft (que l’on peut traduire par « copie laissée » mais qui est au départ le fruit d’un jeu de mots avec le terme copyright, et l’opposition « gauche d’auteur » / « droit d’auteur » ) lui est attribuée. Programmeur renommé de la communauté informatique américaine et internationale, il a développé de nombreux logiciels dont les plus connus des développeurs sont l’éditeur de texte GNU Emacs, le compilateur C de GNU , le débogueur GNU mais aussi, en collaboration avec Roland McGrath, le moteur de production GNU make)

http://gplv3.fsf.org/ (« 2007 June 29: GPLv3 and LGPLv3 have been released!
The final text of GPLv3 is accompanied with a rationale document explaining the few changes since the “Last Call” draft. The final text of LGPLv3 is available as well. Please see our press release. The GPL FAQ has already been updated with additional information, and we’ll continue to improve it over the next few weeks. AGPLv3, FDLv2, and SFDL are still being revised. We look forward to your feedback and support as we continue to develop these licenses.Buttons are available for projects to promote their switch to GPLv3:) »

Transition vers GPLv3Transition vers GPLv3

http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_publique_g%C3%A9n%C3%A9rale_GNU (Le premier projet à utiliser la nouvelle version de la licence est le logiciel d’archivage tar, version 1.18[2],[3], publié par la FSF elle-même)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tivoization (« l’un des objectifs de la proposition de la GPL 3 est d’empêcher la tivoisation. Selon Eben Moglen, « la licence devrait prohiber les moyens techniques d’échapper à ses clauses, avec la même clarté qu’elle prohibe les violations de ces mêmes clauses. »[6] La seconde ébauche de la GPLv3 a tenté de clarifier ce point. [7] Cependant, beaucoup de développeurs Linux demeuraient inquiets que la seconde ébauche de la GPLv3 puisse interdire des utilisations salutaires des signatures numériques. However, many Linux developers were still concerned that draft 2 GPLv3 may still prohibit beneficial uses of digital signatures. [8] Dans les troisième et quatrième ébauches de la GPLv3, délivrées le 28 Mars et le 31 Mai 2007, la clause anti-tivoisation était limitée de façon à ne pas s’appliquer lorsque le logiciel est distribué à une société (when the software is distributed to a business). [9] Ainsi, les périphériques médicaux et les machines de vote ne seraient pas concernées. Linus Torvalds se dit « assez heureux » de la nouvelle ébauche et ses positions sur la gestion numérique des droits (en anglais Digital Rights Management DRM« ).

Posted in FSF, GNU project, logiciel libre, Richard Stallman | Leave a Comment »