"…mais ce serait peut-être l'une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d'autre que du code…"

Archive for mars 2009

Systèmes de gestion de versions: subversion, bazaar

Posted by patrick sur mars 22, 2009

Beauccoup de mouvements encore autour des systèmes de gestion de versions distribuées git, mercurial et bazaar:

http://arstechnica.com/open-source/news/2009/03/sourceforge-adds-support-for-new-version-control-systems.ars (‘SourceForge has launched support for Git, Bazaar, and Mercurial, the three most popular distributed version control systems. The site has also added an impressive new hosted application feature which will allow users to run various open source project management and collaboration services—including Trac, Mantis, and phpBB—on SourceForge’s infrastructure. Although SourceForge was once the dominant collaboration service for open source software, its relevance declined sharply over the past few years as it stagnated and lost ground to emerging competitors. The trend towards distributed version control systems (DVCS) looked like it would be the final nail in the coffin, but now SourceForge is preparing to make a major comeback. The Web service has gained support for Git, Mercurial, and Bazaar, the three most popular distributed version control systems. This brings the site’s total number of supported source code management technologies to five, including its existing support for CVS and Subversion. DVCS is a major technical advancement in the area of source code management. The approach offers developers an unprecedented level of power and flexibility. The three major DVCS systems have all been used to build robust project management and code hosting services—such as GitHub, Launchpad, and BitBucket—which are rapidly displacing SourceForge. Here at Ars, our Web ninjas use GitHub extensively for managing the source code that powers our website. I personally use Launchpad for several of my own projects.’)

Passage de CVS à subversion pour la documentation Debian (il y a un an mais mieux vaut tard que jamais pour que le signale :))

http://www.ouaza.com/wp/2008/03/03/ddp-went-svn-webml-might-follow/ (‘The topic of switching from CVS to something else regularly came forward but nobody did anything. The net result is that several documentation are now maintained outside of the debian-doc repository because their respective maintainers didn’t want to stay with CVS. After noticing that the developers-reference also switched to SVN, I decided to convert the whole debian-doc CVS repository and import it in the new “ddp” SVN repository on Alioth. This is now done. Hopefully, the Debian Documentation Project can now again become the central place for writing good documentation about Debian. New contributors can be easily added through the DDP Alioth project. Volunteers are welcome to review what’s in the SVN and move obsolete documentation aside. People who moved away are welcome back. :-)‘)

Passage de sourceforge à launchpad (https://code.launchpad.net/mailman)

http://blog.launchpad.net/general/why-launchpad-for-mailman (‘Over the last 18 months, I’ve moved GNU Mailman development from SourceForge to Launchpad.  The reasons are varied. Mailman was one of the first projects hosted on SourceForge ages ago.  I think our project id is a pride-inducing low 103, and we were even highlighted as its Project of the Month at one point.  Of course SF itself uses Mailman to serve its own mailing lists.  While the SF guys have always been great (including providing assistance during the migration to LP), I just became increasingly roadblocked by it.

The first major motivation for moving was Bazaar. This is of course the GPL’d distributed version control system developed by Canonical and used for code hosting on Launchpad.  Having come from decades of SCCS/RCS/CVS/SVN use, distributed version control systems in general and Bazaar in particular have been an enlightenment on the order of learning Python.  I mean, who’d have thunk a version control system could be fun?

After we moved code hosting to Bazaar on LP, evaluating the other benefits of Launchpad became easier.  Truth be told, there was (and still is) some resistance in the community to moving to LP because Mailman is a GNU project but LP is not open source.  That’s being fixed. The next service to migrate was the tracker, and thanks to the excellent assistance of my colleague Graham Binns, we were able to migrate the SF issues to LP.  For years, even before I joined Canonical, I let the Mailman tracker languish because I found it so difficult to use.  The simplicity and power of Launchpad’s tracker really shines for me here, especially with its ability to link across projects and artifacts (e.g. branches linked to bugs).’)

A voir:

http://sourceforge.net/softwaremap/trove_list.php?form_cat=646

http://en.wikipedia.org/wiki/Subversion_(software) (‘Subversion (SVN) is a version control system initiated in 2000 by CollabNet Inc. It is used to maintain current and historical versions of files such as source code, web pages, and documentation. Its goal is to be a mostly-compatible successor to the widely used Concurrent Versions System (CVS). Subversion is well-known in the open source community and is used on many open source projects, including Apache Software Foundation, KDE, GNOME, Free Pascal, FreeBSD, GCC, Python, Django, Ruby, Mono, SourceForge.net, ExtJS and Tigris.org. Google Code also provides Subversion hosting for their open source projects. BountySource systems use it exclusively. Codeplex offers access to both subversion as well as other types of clients. Subversion is also being adopted in the corporate world. In a 2007 report by Forrester Research, Subversion was recognized as the sole leader in the Standalone Software Configuration Management (SCM) category and a strong performer in the Software Configuration and Change Management (SCCM) category.[1] Subversion is released under the Apache License, making it free software. ‘)

http://subversion.tigris.org/development.html (‘ The best way to get involved in Subversion development is to submit a patch to fix a bug or add a new feature. If you don’t know what to write a patch for, have a look at the list of open issues. Subversion development discussion takes place on the mailing list dev@subversion.tigris.org. You don’t need to subscribe to the list just to submit a patch or two, but if you want to be involved with Subversion development on a regular basis, you should subscribe. It’s high-traffic, but threading tends to be fairly disciplined, so you can ignore conversations you aren’t interested in. For real-time chat, developers use the IRC channel irc.freenode.net/svn-dev (some also hang out in the user-support channel, irc.freenode.net/svn).’)

http://svnbook.red-bean.com/ (‘This is the online home of Version Control with Subversion, a free book about Subversion, a new version control system designed to supplant CVS. As you may have guessed from the layout of this page, this book is published by O’Reilly Media. This is a place to read HTML and PDF versions of the book (although you can certainly buy a copy if you’d like to). We’ll do our best to keep the site up-to-date. As Subversion development continues, the product will continue to grow new features, and we plan to continue documenting those changes.’)

http://svn.collab.net/viewvc/svn/trunk/ (sources de subversion)

  • http://subversion.tigris.org/hacking.html
    • http://subversion.tigris.org/hacking.html#branch-based-development (‘We prefer to have development performed on the trunk. Changes made to trunk have the highest visibility and get the greatest amount of exercise that can be expected from unreleased code. That said, trunk is expected at all times to be stable. It should build. It should work. Those policies, combined with our preference to see large changes broken up and committed in the smallest logical chunks feasible, and applied to particularly large changes (new features, sweeping code reorganizations, etc.), makes for set of rules that are almost impossible to keep. It is in those situations that you might consider using a custom branch dedicated to your development task. The following are some guidelines to make your branch-based development work go smoothly…

      Branch creation and management

      There’s nothing particularly complex about branch-based development. You make a branch from the trunk (or from whatever branch best serves as both source and destination for your work), and you do your work on it. Subversion’s merge tracking feature has greatly helped to reduce the sort of mental overhead required to work in this way, so making good use of that feature (by using Subversion 1.5 or newer clients, and by performing all merges to and from the roots of branches) is highly encouraged.’)

    •  svn co http://svn.collab.net/repos/svn/trunk  (intéressant, il y ade très nombreux scripts python)
    • à suivre…

Posted in 2009, bazaar, Gestion de version, subversion | Leave a Comment »

Le nouveau cahier de l’administrateur Debian GNU/Linux « Lenny » de Raphaël Hertzog et Roland Mas est sorti

Posted by patrick sur mars 22, 2009

Debian GNU/Linux lenny administration

Debian GNU/Linux lenny administration

Références :

Sources:

http://www.ouaza.com/livre/admin-debian/(‘Ce livre a été rédigé par deux développeurs Debian de longue date (Raphaël contribue depuis 1997, Roland depuis 2000). Nous avons essayé de vous faire découvrir toutes les facettes de cette distribution fascinante, autant d’un point de vue technique qu’organisationnel. Jugez-en par vous même ! ‘)

http://roland.entierement.nu/blog/2009/03/02/debian-lenny-le-livre-le-jeu.html (‘Si vous n’avez pas passé les trois dernières semaines sous un caillou ou dans un monastère, vous savez déjà que la version 5.0 de Debian GNU/Linux, nom de code « Lenny », est sortie le 14 février dernier. Pour accompagner la publication de cette nouvelle version majeure de Debian, Raphaël Hertzog et moi-même avons également mis à jour le Cahier de l’admin Debian. L’édition portant sur Lenny est déjà disponible en version électronique sur Izibook, et la version papier sera chez les libraires le 19 mars. Elle ne constitue pas une révolution (on ne change pas une formule qui est devenue au fil des ans la référence en français), mais principalement une mise à jour, avec des ajouts pour combler quelques vides (par exemple, de nouvelles sections sur OpenVPN et les partitions chiffrées. Pour certaines des précédentes éditions, il avait été lancé un concours où les personnes faisant la meilleure promotion étaient récompensées par des exemplaires du livre. Pour cette édition, nous avons gardé l’idée, mais l’objet du concours est différent : il s’agit non plus de faire la promotion du livre, mais de participer à la communauté Debian. Pas besoin d’être un super-développeur, il suffit d’apporter une contribution qui va faire progresser Debian d’une manière ou d’une autre, à condition que ce soit tangible. Raphaël écrit une série d’articles sur le sujet, vous pouvez donc aller y piocher des idées. J’en ajouterai deux, complémentaires :

  • Publier un blog qui donne une visibilité aux évolutions récentes, en cours ou prévues de Debian unstable et/ou testing, voire experimental. Quelques exemples de ce qu’on pourrait y voir serait l’arrivée d’une nouvelle version majeure du noyau ou de Gnome, la disparition d’un paquet au profit d’un autre, l’arrivée de nouveaux paquets intéressants, leur migration vers testing, etc. Pas une liste de tous les changements de chaque bibliothèque mineure, mais juste une vue macroscopique de ce qui se passe de visible pour les utilisateurs.
  • Dans un registre un peu différent, il serait intéressant de publier (peut-être aussi sous forme de blog) un baromètre de l’état actuel d’unstable, avec les migrations en cours, les paquets importants connus pour être cassés, etc. Le but est de faciliter l’usage d’unstable par des utilisateurs courageux-mais-pas-téméraires. Un exemple de ce que j’y verrais bien est une mention du bug 511009, assorti d’une mention que c’est pas une bonne idée d’upgrader CUPS pour l’instant (ça m’aurait évité quelques heures d’interrogations) ; et un autre billet quand c’est résolu. Là encore, trop de débit ne servirait à rien, il suffirait d’une vision macroscopique de l’état des différents sous-systèmes.

Bien entendu, ce ne sont que des idées, et les plus originales seront peut-être les meilleures, puisqu’elles seront celles que nous n’aurons pas prévues et apporteront donc une réelle nouveauté.’  voir http://www.ouaza.com/wp/2009/03/02/contribuer-a-debian-gagner-un-livre/ )

http://www.eyrolles.com/Informatique/Livre/debian-lenny-9782212124439 (‘Debian GNU/Linux, distribution Linux non commerciale extrêmement populaire, est réputée pour sa fiabilité et sa richesse. Créée et maintenue par un impressionnant réseau de plusieurs milliers de développeurs dans le monde, elle a pour principes l’engagement vis-à-vis de ses utilisateurs et la qualité. Ses technologies concernent un nombre toujours croissant d’administrateurs, notamment par le biais de la distribution dérivée Ubuntu.

Ce cahier de l’Admin entièrement revu pour Debian Lenny perpétue le succès des premières éditions : accessible à tous, il fournit les connaissances indispensables pour qui souhaite devenir un administrateur Debian GNU/Linux efficace et indépendant. Il traite des méthodes que tout administrateur Linux compétent maîtrise, depuis l’installation et la mise à jour du système jusqu’à la création de paquetages et la compilation d’un noyau Linux, en passant par la supervision, la sauvegarde et les migrations, sans oublier des techniques avancées telles que la mise en place de SELinux pour sécuriser des services, l’automatisation des installations ou encore la virtualisation avec Xen.

Au sommaire

  • Le projet GNU/Debian
  • Présentation de l’étude de cas
  • Prise en compte de l’existant et migration
  • Installation
  • Système de paquetage, outils et principes fondamentaux
  • Maintenance et mise à jour : les outils APT
  • Résolution de problèmes et sources d’information
  • Configuration de base : réseau, comptes, impression
  • Services Unix
  • Infrastructure réseau
  • Services réseau : Postfix, Apache, NFS, Samba, Squid, LDAP
  • Administration avancée
  • Station de travail
  • Sécurité
  • Conception d’un paquet Debian
  • Conclusion : l’avenir de Debian
  • A. Distributions dérivées
  • B. Petit cours de rattrapage

Extraits du livre

  • Table des matières – Fichier PDF (248.8 Ko)
  • Avant-propos – Fichier PDF (255 Ko), « Linux commence à bénéficier d’une couverture médiatique non négligeable, profitant essentiellement aux distributions commerciales (RedHat, SuSE, Mandriva…). Debian, souvent placée par les sondages dans le trio de tête des distributions les plus populaires, est pourtant loin d’être marginale, surtout si l’on y inclut les distributions dérivées dont certaines — comme Ubuntu — connaissent un succès très important.
    Ce n’est pas un hasard si Hewlett-Packard a vu ses ventes de matériel augmenter de 25 millions de dollars en 2006 après avoir proposé du sup-
    port pour Debian. Ce livre a ainsi pour vocation de faire découvrir cette distribution. Nous espérons vous faire profiter de toute l’expérience acquise depuis que nous avons rejoint le projet en tant que développeurs-contributeurs, en 1998 pour Raphaël et en 2000 pour Roland. Peut-être parviendrons-nous à
    vous communiquer notre enthousiasme, et vous donner l’envie de rejoindre nos rangs d’ici quelque temps, qui sait..
    . »
  • Préface – Fichier PDF (169.2 Ko)
  • Chapitre 1 : Le projet Debian – Fichier PDF (599.3 Ko)
  • Chapitre 6 : Maintenance et mise à jour : les outils APT – Fichier PDF (553.9 Ko), (« Ce qui rend Debian si populaire auprès des administrateurs,
    c’est la facilité avec laquelle il est possible d’y installer des logiciels et de mettre à jour le système complet. Cet avantage unique est dû en grande partie au programme APT, outil dont les administrateurs de Falcot SA se sont empressés d’étudier les possibilités. »)
Voir aussi:
  • http://www.debian.org/News/2009/20090214 (‘Le projet Debian est heureux d’annoncer la publication officielle de la version 5.0 de Debian GNU/Linux, surnommée Lenny, après 22 mois de développement constant. Debian GNU/Linux est un système d’exploitation libre qui prend en charge au total douze architectures de processeurs et contient les environnements de bureau KDE, GNOME, Xfce et LXDE. C’est un système compatible avec la version 2.3 du FHS (« Filesystem Hierarchy Standard », ou standard sur l’organisation des systèmes de fichiers) et les logiciels développés pour la version 3.2 de la LSB (« Linux Standard Base », ou base standard de Linux). Debian GNU/Linux fonctionne sur de nombreux ordinateurs, depuis les assistants personnels (« palmtops ») jusqu’aux superordinateurs y compris quasiment tous les systèmes intermédiaires. Au total, douze architectures sont prises en charge : Sun SPARC (sparc), HP Alpha (alpha), Motorola/IBM PowerPC (powerpc), Intel IA-32 (i386) et IA-64 (ia64), HP PA-RISC (hppa), MIPS (mips, mipsel), ARM (arm, armel), IBM S/390 (s390) et AMD64 et Intel EM64T (amd64). Debian GNU/Linux 5.0 Lenny gère également la plateforme Orion de Marvell qui est utilisée dans de nombreux équipements de stockage, parmi lesquels on trouve la série QNAP Turbo Station, HP Media Vault mv2120, et Buffalo Kurobox Pro. De plus, Lenny gère maintenant plusieurs ordinateurs ultra-portables comme le Eee PC d’Asus. Debian GNU/Linux 5.0 Lenny inclut aussi les outils de construction pour Emdebian, qui permet de construire et les paquets source de Debian sur une autre architecture et de les réduire afin qu’ils conviennent aux systèmes embarqués ARM. Debian GNU/Linux 5.0 Lenny comporte le nouveau portage ARM EABI, Armel qui utilise plus efficacement les processeurs ARM actuels. L’ancien portage d’ARM (arm) est maintenant déconseillé.’)
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Debian (”Debian est un système d’exploitation reposant sur les principes du logiciel libre et développé de façon bénévole par l’intermédiaire d’Internet. Ce système permet un mode d’unification des nombreux éléments pouvant être développés indépendamment les uns des autres. Ils sont associés sous forme de « paquets » modulables en fonction des besoins (on en dénombre plus de 23 000 en 2009). On l’assimile généralement à Debian GNU/Linux (la distribution GNU/Linux de Debian), car c’est la seule branche parfaitement fonctionnelle. Toutefois, d’autres versions du système Debian sont possibles comme le prouve le projet Debian GNU/Hurd[1] ou Debian GNU/kFreeBSD[2]. Debian a été utilisée comme base de nombreuses autres distributions comme Knoppix ou Ubuntu qui rencontrent un grand succès..”)
  • http://en.wikipedia.org/wiki/Debian#Debian_releases (” As of February 2009, the latest stable release is version 5.0, code name lenny.[41] When a new version is released, the previous stable is labeled oldstable; currently, this is version 4.0, code name etch. In addition, a stable release gets minor updates (called point releases). The numbering scheme up for the point releases to Debian 4.0 was to include the letter r (for release) after the main version number (eg 4.0) and then the number of the point release; for example, the latest point release of version 4.0 (etch) as of 15 February 2009 is 4.0r7.[42] From Debian 5.0 (lenny) and the numbering scheme of point releases has been changed and conforms to the GNU version numbering standard; so, for example, the first point release of Debian 5.0 is going to be 5.0.1 (instead of 5.0r1).[43].“)
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Debian#Historique_des_versions (”Les différentes versions de la distribution empruntent leurs noms aux personnages du film d’animation Toy Story des studios Pixar “)
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre (”Un logiciel libre est un logiciel dont la licence dite libre donne à chacun le droit d’utiliser, d’étudier, de modifier, de dupliquer, de donner et de vendre le logiciel. Richard Stallman a formalisé la notion de logiciel libre dans la première moitié des années 1980 puis l’a popularisée avec le projet GNU et la Free Software Foundation (FSF). Depuis la fin des années 1990, le succès des logiciels libres, notamment de Linux, suscite un vif intérêt dans l’industrie informatique et les médias. Les logiciels libres constituent une option face à ceux qui ne le sont pas, qualifiés de « propriétaires ». La notion de logiciel libre ne se confond ni avec celle de logiciel gratuit (freewares), ni avec celle de sharewares, ni avec celle de domaine public. De même, les libertés définies par un logiciel libre sont beaucoup plus étendues que le simple accès aux sources, ce qu’on appelle souvent logiciel Open Source telle qu’elle est définie par l’Open source initiative. Toutefois, la notion formelle de logiciel Open Source est reconnue comme techniquement comparable au logiciel libre.“)
  • Flux RSS:

Posted in 2009, Administration système, Debian, Distribution de logiciel, GNU/Linux, logiciel libre, système embarqué, Ultra-portables | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Contre « HADOPI ? « Création et Internet » ?  » cinq gus dans un garage…

Posted by patrick sur mars 11, 2009

Deux images illustrent ce projet de loi ridicule:

le-cirque-hadopi1

msg_industrie_divertissement_de_masse1

Les arguments contre:

  • http://www.april.org/fr/lhadopi-filtrera-aussi-le-logiciel-libre-lapril-condamne (‘ L’April a pris connaissance du rapport communiqué par le Conseil Général des Télécommunications (CGTI) au ministère de la Culture.1 Elle constate que ce rapport clarifie l’interprétation du projet de loi HADOPI en énonçant clairement qu’une des finalités est d’imposer des logiciels propriétaires de filtrage sur le poste client. L’April note que ce rapport a été présenté par Jean Berbinau, actuel secrétaire général de l’inutile ARMT2 qui se rêve en secrétaire général de la liberticide HADOPI. Pour accéder à cette promotion, ce dernier n’hésite pas à proposer ce que demandent depuis des années les producteurs de disques et de films : l’obligation pour les internautes désireux de garantir leur sécurité juridique d’installer des logiciels propriétaires filtrant leurs communications. Ce qui avait pu être évité dans la loi DADVSI revient donc au travers du projet HADOPI. Logiciel Libre et dispositifs de contrôle d’usage, de surveillance et de filtrage fermés sont ontologiquement incompatibles. Comme cela a été maintes fois expliqué lors des débats sur la loi DADVSI, sur un système libre, l’utilisateur a le contrôle de sa machine et peut neutraliser tout mécanisme visant à le contrôler ou à le surveiller. En résumé, tout comme il n’est pas possible d’empêcher un utilisateur de logiciels libres de faire des copies privées, il n’est pas possible de lui coller ouvertement un mouchard filtrant. Dès lors, avec l’HADOPI, les utilisateurs de systèmes libres se retrouveront dans une insécurité juridique discriminatoire intolérable.’)
  • http://www.01net.com/editorial/404166/richard-stallman-la-loi-creation-et-internet-est-cruelle-/ (‘…
    Le créateur de la licence GNU et inspirateur du Copyleft s’est montré très véhément contre la loi qui doit être discutée à l’Assemblée nationale à partir du 4 mars prochain. « Si cette loi était votée, il ne faudra pas changer vos comportements quotidiens par peur d’être déconnecté, sinon ils auraient gagné, a exhorté l’apôtre du logiciel libre dans un français très correct. C’est une loi injuste et cruelle…Richard Stallman déplore que les gouvernements, agissant contre l’intérêt des citoyens, ne cessent d’étendre le droit d’auteur à la fois dans la durée et dans l’utilisation de l’oeuvre avec le pay per view (paiement à l’acte, sans téléchargement définitif). Autre appel à la résistance : « Il ne faut pas acheter des produits qui ont des verrous numériques comme les DVD, sauf si tu as le programme pour les casser. ». Richard Stallman avance plusieurs pistes pour concilier partage et respect des auteurs et artistes. « Je propose un droit d’auteur d’une durée de 10 ans à partir de la publication. Pour les oeuvres d’opinion, d’art et de divertissement, je propose la liberté de diffuser les oeuvres exactes non commercialement. » En effet, la liberté de modifier une autobiographie ou un roman lui semble saugrenue.Pour financer les artistes, Richard Stallman suggère un impôt sur les oeuvres vendues et le paiement volontaire. « Si tu avais un bouton pour envoyer un euro très facilement à l’artiste, tu le ferais. »Et de citer l’exemple de la chanteuse canadienne Jane Siberry qui reçoit en moyenne plus d’un dollar par morceau téléchargé. « C’est plus que les 99 cents demandés par les maisons de disques », conclut Richard Stallman. Preuve qu’il faut arrêter de traiter les internautes comme des voleurs.’)
  • http://bluetouff.com/2009/03/09/hadopi-albanel-gus-garage/ (‘…Nous partîmes 5 gus, et par un prompt renfort , nous nous vîmes des dizaines des milliers en arrivant au garage… C’est surprenant Internet des fois. Pour rappel, le projet de loi Création et Internet introduit beaucoup de “fausses nouveautés” peu souhaitables dans notre démocratie : filtrage des réseaux, abandon du principe de la neutralité du transporteur, inversion de la charge de la preuve, sanction sans l’accès à un procès équitable, double peine .’)
  • http://www.mumblyworld.info/?p=257 (‘Je tiens à vous rappeler par ailleurs qu’à ce jour, aucune étude scientifique n’a réussi à prouver que le partage de fichiers protégés par le droit d’auteur, ait le moindre impact sur la vente de disques ou de DVD. Bien au contraire, de nombreuses études tendent à prouver l’inverse. Quant à la rémunération des auteurs, d’autres études montrent, quant à elles, la corrélation entre le partage de fichiers et l’explosion récente des arts vivants, offrant une rémunération à un nombre bien plus large d’artistes que n’en offraient jadis les ventes de disques.‘)
  • http://www.site-sans-nom.org/rc2/vrac/rsl_2009-03-02_rejetHADOPI.html (‘…Il est interessant de constater que des études récentes menées en Bretagne, au Canada et aux Pays bas démontrent que le téléchargement illégal d´oeuvres protégées par le droit d´auteur a un impact nul voire positif sur la vente légale des oeuvres. Etrangement, ces études ont été passées sous silence par le ministère de la culture et les ayant-droit français….Lors qu´une atteinte aux droits d´auteurs sera signalée par les ayant-droit, l´HADOPI pourra envoyer deux messages d´avertissement (sans obligation de présenter le moindre accusé de réception) à l´internaute visé avant de procéder à la suspension voire à la résiliation pure et simple de son accès Internet. Le parlement européen s´est clairement opposé à ces pratiques dangereuses en avril 2008 en votant une résolution qui invite la Commission et les Etats membres à éviter de prendre des mesures qui entrent en contradiction avec les libertés civiques et les droits de l´homme et avec les principes de proportionnalité, d´efficacité et de dissuasion, telles que l´interruption de l´accès à l´Internet. Cette mise en garde ne semble pas avoir calmé les ardeurs du gouvernement français, lequel a fait pression sur le Conseil européen jusqu´au retrait de l´amendement 138 au Paquet Télécoms, pourtant voté par une large majorité des députés européens et soutenu par la commission européenne.Cette volonté de limiter Internet à un sous-ensemble de sites conformes à la vision gouvernementale de la bienséance relative aux échanges électroniques se retrouve d´ailleurs explicitement dans la proposition de loi «Internet et Création». En effet, un document du Conseil Général des Technologies de l´Information prévoit d´une part de mettre en place une instance ayant autorité à définir et garder actif des portails blancs où se retrouveraient les sites utiles à la vie économique, culturelle et sociale du pays et d´autre part de restreindre à ces portails les accès Wi-Fi à l´Internet que proposent à titre gratuit des entités publiques (municipalités, leurs écoles, les hôpitaux ou les universités) , voire des personnes morales privées (Mac Donald, ..)).. La volonté d´atteinte à la liberté d´expression sur Internet est donc manifeste…’)

Posted in 2009, april, Liberté d'expression, logiciel libre, Logiciel privatifs de liberté, Richard Stallman | Tagué: , , , | Leave a Comment »