"…mais ce serait peut-être l'une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d'autre que du code…"

Compte rendu de la conférence Ruby/Ruby On Rails du mercredi 19 décembre 2007 à Grenoble

Posted by patrick sur janvier 7, 2008

Bonjour et bonne année 2008 (1) mais aussi 5768, 1428, 1386, 4405, etc.🙂

C’est avec plaisir que j’ai assisté à la conférence sur Ruby et Ruby On Rails. Etant un fan du langage Python, j’apprécie à sa juste valeur le langage Ruby et son framework Web bien connu Ruby On Rails. Cela fait plaisir de voir que je ne suis pas le seul à apprécier ce genre d’environnement (avec Python il y a Django, Grok, Pylons) et qu’il est bien regrettable que les entreprises ne pensent qu’à l’artillerie lourde JEE même pour des applications petites ou moyennes.

La conférence s’est déroulée en 2 parties. D’abord une présentation de Ruby et ensuite une présentation de Ruby On Rails.

Ici, le support de la conférence: http://www.guilde.asso.fr/rencontres/20071219/Ruby_Rails_Introduction_PoR_2007_longue_v2.pdf
Ce que j’ai appris:

– le modèle objet de Ruby est fortement inspiré de Smalltalk

– Ruby applique le principe POLS ( principle of least surprise)

– les blocs sont employés partout dans Ruby

– il n’y a pas d’héritage multiple mais on peut utiliser des mixins (étend les compétences d’une classe en lui rajoutant une série de méthodes)

– les conventions de nommage sont importantes

– il y a un haut niveau de métaprogrammation

– Ruby est bien adapté pour implémenter des langages spécifiques (DSL)

– pour les grosses applications il faut utiliser n instances de mongrel derrière un serveur Apache faisant office de répartisseur de charge. (« One popular configuration is to run Apache 2.2 as a load balancer using mod_proxy_balancer in conjunction with several Mongrel instances, with each Mongrel instance running on a separate port. This is something that can be configured very easily using the mongrel_cluster management utility. Apache can divide the incoming requests among the available Mongrel processes, and, with careful configuration can even serve static content itself without having to delegate to Mongrel. »)

– Sun s’intéresse fortement à Ruby ce qui explique que de plus en plus de développeurs Java s’intéressent à Ruby. La version 6 de Netbeans intègre Ruby et Ruby On Rails (« Since version 6.0, Netbeans allow IDE development with Ruby and JRuby, as well as Rails for these two implementations of Ruby…It is also possible to create directly Ruby projects or Ruby on Rails projects, using the reference Ruby implementation, or using JRuby (the Java implementation of Ruby) . »)
Sites à voir:

http://www.rubyfrance.org/ (« Site de l’association francophone des utilisateurs du langage de programmation Ruby« )

http://www.railsfrance.org/ (« Rails est un framework, basé sur le langage Ruby, permettant le développement rapide d’applications web utilisants le modèle MVC (Modèle-Vue-Contrôleur). »)

Laurent Julliardhttp://paris.onrails.info/conferenciers (« Laurent Julliard est un fervent utilisateur du langage Ruby depuis 2000. Traducteur de l’ouvrage « Agile Web development with Rails » pour Eyrolles, il a en outre participé a plusieurs projets Ruby dont l’environnement de développement FreeRIDE. Il s’est investi de longue date dans le mouvement Open Source en créant le premier groupe d’utilisateur Linux français en Janvier 1995 (La GUILDE). Après avoir occupé des postes de leader techniques et d’architecte logiciel dans les laboratoires de R&D de Hewlett-Packard et de Xerox en France et aux Etats-Unis, il est aujourd’hui Directeur Associé de Nuxos Group. »)

http://www.journaldunet.com/developpeur/outils/interview/07/1210-paris-on-rails.shtml (« Quels sont les points forts du framework Ruby on Rails ? Après 10 ans de développement d’applications Web avec des logiques métier fortes, on s’est retrouvé avec une véritable cacophonie au niveau des frameworks, les composants partant un peu dans tous les sens. Face à cette problématique, Rails propose un cadre reposant sur le modèle MVC, Modèle Vue Contrôleur. L’idée était d’appliquer ce modèle de développement qui a fait ses preuves à l’univers de la programmation Web... Ecrit en Ruby, Rails a donc proposé de couvrir ces trois couches. D’où sa qualification de full-stack application framework. C’est d’ailleurs pour cette raison que David Heinemeier Hansson, le créateur du framework, a indiqué qu’il n’avait rien inventé de nouveau. Ruby on Rails agrège des bonnes pratiques en les intégrant à un outil de façon cohérente…

…Sun sponsorise la conférence Paris on Rails cette année. Comment cet acteur se situe-t-il vis-à-vis du projet ? Le buzz généré par Rails a entraîné l’apparition de clones, notamment PHP (CakePHP, Symphony) et Python (Django, TurboGears, Pylons). Des développeurs ont également travaillé au portage de Ruby sur la machine virtuelle Java. Il s’agit de Charles Oliver Nutter et Thomas Enebo. C’est le projet JRuby. Conscient des potentialités de Rails et des limites de ses propres outils de développement, Sun a décidé de les embaucher. C’est très intéressant, dans la mesure où avec JRuby il devient possible de reprendre des classes Java dans une application Ruby via Rails. Plusieurs grandes entreprises s’intéressent déjà à cette initiative, notamment des banques du Luxembourg. Sun a déjà étendu NetBeans en y ajoutant des greffons pour Ruby on Rails. On note une initiative équivalente chez Microsoft qui a pour but de porter Ruby sur l’infrastructure .Net et la CLR (IronRuby, voir Ironpython). Même démarche du côté d’Apple qui supporte Ruby on Rails dans le système Leopard lorsqu’on installe son kit de développement

…Quel est aujourd’hui le public de Paris on Rails ? Parmi les inscrits, on compte à la fois des start-up qui privilégient des environnements de développement rapide, mais également des grandes entreprises qui s’intéressent de plus en plus à Rails, notamment au travers de cellules de veille et de projets de prototypage. Beaucoup de sites Web reposent sur Rails. C’est le cas du site de vidéos Eyeka, des sites du Figaro Madame et de la partie shopping du Nouvel Obs. Au niveau des grandes entreprises, la banque RBC Dexia a récemment adopté Ruby on Rails. Cette société a réalisé le déploiement d’une vingtaine d’applications depuis le mois de septembre dernier. Un rythme de livraison jamais atteint au sein de cette banque. Il est clair que l’arrivée de JRuby (voir Jython) est très intéressant pour les structures d’une certaine taille. Il permet en effet d’adopter Rails tout en étant capable de reprendre l’existant Java, et de s’y intégrer. Le changement peut ainsi s’effectuer en douceur…Qu’en est-il des développeurs Rails en France ? Ils sont toujours très peu nombreux comparé aux pays voisins où la communauté est plus importante. De ce fait, le coût des profils de développeur Rails est très élevé chez nous. C’est clairement un facteur bloquant l’extension de Rails en France. Nous organisons Paris on Rails notamment dans l’objectif de sensibiliser les développeurs à la technologie Rails et à ses potentialités. Historiquement, les développeurs Web français se sont beaucoup focalisés sur PHP pour les applications Web. Nous voulons les pousser à sortir des sentiers battus« )

http://en.wikipedia.org/wiki/Ruby_%28programming_language%29 (« The language was created by Yukihiro « Matz » Matsumoto, who started working on Ruby on February 24, 1993, and released it to the public in 1995. « Ruby » was named as a gemstone because of a joke within Matsumoto’s circle of friends alluding to Perl’s name. As of March 2007, the latest stable version is 1.8.6. Ruby 1.9 (with some major changes) is also in development. Poor performance of the current Ruby implementation in comparison to other more entrenched programming languages has led to the development of several virtual machines for Ruby. These include JRuby, a port of Ruby to the Java platform, IronRuby, an implementation for the .NET Framework produced by Microsoft, and Rubinius, an interpreter modeled after self-hosting Smalltalk virtual machines. The main developers have thrown their weight behind the virtual machine provided by the YARV project, which was merged into the Ruby source tree on 31 December 2006, and will be released as Ruby 2.0. »)

Dernières nouvelles:

http://www.rubyfrance.org/articles/2007/12/25/sortie-de-ruby-1-9-0/ (« Ruby 1.9.0 est disponible ! Joyeux Noël ! Ruby 1.9.0 est la première version publique de Ruby comportant une machine virtuelle, ainsi que le nouveau moteur d’expression rationnelles Oniguruma, la gestion de m17n (multilingualization, notamment une meilleure gestion d’Unicode), les fibres, une présence accrue des énumérateurs (enumerator), des nouvelles constructions syntaxiques (->() {} etc.) RubyGems 1.0.1 (sorti la semaine dernière) et Rake 0.8.0 sont désormais intégrés à Ruby, FasterCSV remplace CSV. Matz n’a pas voulu nommer cette version 1.9.1 comme initialement prévue, car certains tests ne passaient pas, cette version n’était pas assez stable à son goût. En passant, notons que Perl, langage qui a influencé le design de Ruby, fête ses 20 ans, avec la mise à disposition de Perl 5.10″)

http://www.programmez.com/actualites.php?id_actu=2608 (« Depuis le 6 décembre 2007, la version 2.0 du désormais célèbre Ruby on Rails, est disponible en version finale ! Attendue depuis plusieurs mois, cette version consolide les fonctions et les acquis des versions 1.x. Un important travail a été réalisé sur les ressources, notamment dans tout ce qui est RESTful. Dans le multivue, Rails 2 sépare le format du template du moteur de rendu. Ainsi, on peut donner à son application une interface iPhone… Des améliorations concernent aussi le support de HTML, la sécurité (par exemple : gérer une attaque XSS), la gestion des exceptions mise à niveau, l’apparition d’un nouveau stockage des sessions par un mécanisme de cookies (la session n’est plus gérée dans une base). Un gros travail a été réalisé sur Active Record pour l’alléger et l’optimiser, ainsi la désérialisation XML est supportée. Rails 2 réintroduit le debugger (installable via un simple gem, le format d’installation de Rails). Pour toute migration, il faut d’abord installer la version 1.2.6 avant de passer à la 2.0. Quant à la sortie de la 2.0 de Ruby, rien n’est encore fixé. Une première version devrait apparaître vers la mi-2008. »)

http://linuxfr.org/2007/12/11/23448.html (« Ruby on Rails, le célèbre framework basé sur le langage Ruby, permettant le développement rapide d’applications web selon le modèle MVC (Modèle, Vue, Contrôleur) sort en version 2.0. Le développement qui a duré une année a permis l’ajout de nombreuses fonctionnalités, la résolution de beaucoup de bugs, une orientation tournée vers le REST, et pas mal d’allégements au niveau du core (externalisation de fonctionnalités en greffons)…

Ressources et webservices Rails a tranché dans le débat REST – SOAP au profit du REST. Le module ActionWebservice a été sorti du core et placé en greffon pour ceux qui veulent continuer à utiliser du SOAP. ActiveResource est le nouveau module qui est similaire à ActiveRecord mais avec une approche ressource. Au passage, l’url des ressources a été modifié, l’utilisation du point virgule ( ; ) pour séparer l’action de la ressource a été remplacé par un slash ( / ), à cause de navigateurs et bibliothèques HTTP qui ne le supportaient pas en tant que séparateur de requêtes...Multi-vues Rails 2.0 sépare le format du template (html, xml, atom, rss, …) du moteur de rendu. Le template show.rhtml devient donc show.html.erb (ERB étant le moteur de rendu par défaut).
D’autres moteurs de rendus existent aussi, builder utilisé pour générer du atom+xml, et HAML principalement utilisé aujourd’hui pour générer des templates adapté à l’iPhone.
..Session basée sur les cookies
Les sessions ne sont plus stockées par défaut sur le système de fichiers du serveur web mais au niveau du client sous une forme qui ne peut pas être forgée. En revanche, le contenu sera visible, donc ce mécanisme de stockage de sessions n’est pas adapté si vous avez besoin d’y stocker une information que ne doit pas voir l’utilisateur.
« )

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/2008 (« L’année 2008 du calendrier grégorien correspondra aux années suivantes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :